images

 

 

TEXTE QUE J'AI TROUVE SUR CE SITE : http://mediabenews.wordpress.com/2011/12/04/histoire-michael-collins-le-leader-perdu-de-lirlande/


Michael Collins - Les 12 Apôtres

Michael Collins a sans doute été l’un des plus remarquables et des plus dynamiques chefs révolutionnaires du XXe siècle. Un historien a même dit que Lénine faisait figure d’amateur à côté de Collins. Cet homme d’action formait une rare alliance de visionnaire et de réaliste. Pendant la lutte pour l’indépendance de l’Irlande, de 1916 à 1922, Collins joua un rôle de plus en plus important et, à la fin, il dirigea le combat contre la Grande-Bretagne.

Il est élu député du Sinn Feinn au parlement britannique lors des élections tenues après la signature de l’armistice de 1918. Le Sinn Feinn fondé par Arthur Griffith en 1905 avait été restructuré pour mener à bien ces élections ; il était constitué, en fait, d’an ensemble disparate d’organisations politiques et culturelles nationalistes.

À l’issue de ces élections, le parti rebelle récolte 74% du vote populaire. Ses députés refusent de siéger à Westminster. Ils forment un gouvernement séparé à Dublin : le Dáil Éireann. Collins est nommé Ministre de l’Intérieur. Quelques semaines plus tard, il est également nommé Ministre des Finances. Les Britanniques réagissent avec rapidité : le gouvernement récemment formé est interdit et doit rentrer dans la clandestinité. Une des premières mesures de Collins sera de lever un emprunt national de soutien à l’action du gouvernement irlandais. Son but : lever 250.000 £ (environ 15 millions de DM actuels). Le total récolté dépasse ce montant, un exploit quand on pense que les banques sont perquisitionnées par les Britanniques à la recherche de dépôts et que les certificats d’obligations sont confisqués. Cinq millions de dollars supplémentaires parviennent des États-Unis.

Après 1919, la lutte contre l’occupation britannique s’intensifie et culmine dans une guérilla féroce opposant les forces britanniques et l’armée rebelle, connue populairement sous le nom d’Armée Républicaine Irlandaise (IRA) qui agit sous les ordres du Dáil Éireann. L’Empire est représenté sur le terrain par les Black and Tans, unités formées d’anciens soldats britanniques recrutés pour, selon le Premier ministre Lloyd George, « combattre la terreur par la terreur ». Ces troupes sont soutenues par des Auxiliaires, d’anciens officiers constituant une élite de combat bien équipée et bien armée. L’armée régulière est également considérablement renforcée.

En sus de ses obligations gouvernementales usuelles, Collins accepte la responsabilité de l’organisation et de la gestion de l’armée révolutionnaire. Il crée de surcroît son propre service de renseignements pour contrecarrer les activités de l’efficace Secret Service britannique dont le centre nerveux est alors situé au Château de Dublin. Collins comprend que la clef du succès révolutionnaire réside, en tout premier chef, dans la neutralisation de ce Secret Service. Auparavant, tous les mouvements nationalistes avaient été infiltrés et détruits grâce aux espions et aux indicateurs à la solde de l’Empire. Collins est donc déterminé à ce que l’histoire ne se répète plus. Espions et indicateurs seront abattus. Il réussit à placer bon nombre de ses propres hommes au sein même du Secret Service et de la division G de la police métropolitaine de Dublin (la branche de la Sûreté responsable de la surveillance des milieux nationalistes). Ses hommes parviennent à percer le code utilisé pour la transmission de renseignements confidentiels entre les postes de police et ceux de l’armée. L’organisation secrète de Collins parvient ainsi à intercepter plusieurs messages officiels. Elle exerce une pression de plus en plus forte sur les services secrets britanniques en Irlande de sorte qu’à la fin de l’année 1921 approximativement 80 agents britanniques ont été exécutés. À ce stade, le service secret cesse virtuellement de fonctionner. Ce remarquable exploit mine la base même de l’influence et de l’autorité britannique. Collins vient, comme il le dira plus tard, « d’ôter la vue et l’ouïe de l’administration ».

La guérilla se poursuit, des “colonnes volantes” occupent la campagne, choisissent le lieu de l’attaque et frappent l’ennemi à l’improviste puis s’évanouissent pour frapper à nouveau subitement ailleurs. De la sorte, elles réussissent à immobiliser un grand nombre de troupes régulières. La lutte s’amplifie rapidement en une guerre sauvage. Les atrocités commises par les Black and Tans et leurs Auxiliaires sont fréquemment dénoncées par la presse britannique et internationale. Ces critiques répétées ébranlent le bien-fondé de la présence britannique. Sir Oswald Mosley, partisan de la cause nationaliste irlandaise, intervient alors à plusieurs reprises au Parlement pour dénoncer « l’illégalité et la flagrante iniquité présente en Irlande ». Pour mettre fin au conflit séculaire, il fonde le Comité pour la paix en Irlande.

À cette époque, la majorité du peuple irlandais supporte l’armée révolutionnaire et les leaders du gouvernement clandestin. En 1921, le gouvernement britannique, conscient que l’issue de la lutte militaire est incertaine, propose une trêve. Michael Collins fait partie de la délégation irlandaise qui rencontre le Premier Ministre Lloyd George, Winston Churchill et d’autres politiciens britanniques en vue. Après des mois de difficiles tractations, un traité est signé : 26 des 32 comtés de l’Irlande formeront un État indépendant au sein du Commonwealth, l’État libre d’Irlande. Une commission frontalière, composée de représentants de l’État libre, de l’Irlande du Nord et de la Grande-Bretagne, décidera ultérieurement du sort des six autres comtés (l’Irlande du Nord). Un plébiscite pourra avoir lieu, si cela s’avère nécessaire, afin d’établir la préférence des habitants de l’Ulster. À cette époque, plus d’un tiers de la population du Nord est nationaliste et il voterait sans doute pour l’union avec l’État libre. Lloyd George laisse entendre que ce qui resterait de l’Irlande du Nord ne serait plus économiquement viable et qu’il soutiendrait un compromis entre les 2 parties pouvant aboutir à l’unité de l’île. Collins lui aussi est prêt à reconnaître les aspirations légitimes des loyalistes britanniques en créant un État fédéral. Les circonstances et le destin s’opposeront à la tenue de ce plébiscite.

À la signature du traité, Sir Oswald Mosley déborde d’enthousiasme ; il déclare : « que ceux qui luttèrent seuls pour cette noble cause, méprisés et vilipendés au début soient encouragés par cette récente victoire de leurs principes humanitaires et pacifiques ». Mosley ne cache pas son admiration pour Michael Collins, par la suite il continuera à en parler en des termes élogieux et respectueux.

Le Dáil se réunit enfin pour ratifier le traité. Collins se prononce en faveur d’un compromis qui, pour lui, représente la meilleure solution. La lutte contre la Grande-Bretagne peut maintenant être terminée en des termes honorables. Ainsi pourra-t-on mettre fin à la haine et aux destructions et construire ensemble le nouvel État. « L’irlande est un — peut-être le seul — pays aujourd’hui qui affronte encore l’avenir avec l’espoir de vivre demain d’une manière plus civilisée. Nous avons beaucoup de chance, tant de choses sont à notre portée. Qui peut toucher à notre liberté ? »

Eamon de Valera, un des membres importants du mouvement nationaliste et un des seuls leaders survivants de l’insurrection de la Pâques 1916 s’oppose au traité. Lui et ses partisans croient que la guerre contre l’Angleterre doit être poursuivie jusqu’à ce que la Grande-Bretagne accepte l’établissement d’une république complètement séparée d’elle. Pour Collins, la Grande-Bretagne peut continuer indéfiniment une telle guerre, ce qui ruinerait à jamais la reconstruction d’une “Nouvelle Irlande”. « Nous avons devant nous la reconstruction de notre pays : ce ne sera pas un travail aisé, ce sera un pénible labeur mais quelle noble et enivrante entreprise ! ». Beaucoup comprennent alors que l’Irlande hypothéquerait le capital de sympathie acquis lors de sa lutte pour l’indépendance (ce fut un des facteurs décisifs dans la décision des Britanniques de négocier) si elle venait à rejeter ce qui est considéré comme un accord juste et équitable. Lors du vote, la majorité du Dáil approuve le traité. De Valera et ses partisans quittent l’assemblée. C’est un triomphe politique pour Collins mais il est mitigé par une tragédie personnelle. Le mouvement nationaliste commence à se diviser et des hommes qui avaient été jusque là des frères en armes seront bientôt ennemis.

Collins est nommé président du nouveau Gouvernement Provisoire mis sur pied. La division s’accentue non seulement parmi les leaders politiques mais aussi au sein de l’IRA. Collins contrôle la société secrète révolutionnaire, l’IRB (Irish Republican Brotherhood) et, au travers de celle-ci, il parvient à gagner le soutien d’une grande partie des militants des mouvements politiques et de l’IRA. Il poursuit néanmoins les négociations avec De Valera et ses partisans ainsi qu’avec une faction de l’IRA qui envisageait d’établir une « dictature militaire ».

Après une occupation de plusieurs siècles, l’administration et l’armée britannique plient bagage. Le Château de Dublin, symbole de la puissance britannique en Irlande, est remis officiellement à Collins. Les casernes et autres installations militaires sont confiées au Gouvernement Provisoire. Entre-temps, quelques membres de l’IRA, hostiles au nouveau Gouvernement entament l’occupation d’édifices publics et de postes militaires. Afin d’éviter un conflit, Collins poursuit les négociations avec les opposants de son gouvernement. Lors d’une de ces réunions, il déclare « donnez-moi quatre jours et je vous donnerez une République ». En vain, la guerre civile se rapproche de jour en jour. Le point critique est atteint quand une brochette de chefs importants de l’IRA rebelle refuse d’évacuer le Palais de Justice de Dublin. On donne l’ordre de les expulser à coup de canons. La guerre civile est déclenchée.

On chasse les forces anti-gouvernementales de leurs autres bastions de la capitale. Elles reforment en rase campagne des “colonnes volantes”, très actives dans les comtés méridionaux. Elles continuent à s’appeler IRA, pour le gouvernement il s’agit de “troupes irrégulières”. L’armée du nouvel État libre, constituée d’anciens de l’IRA, entraînés aux tactiques de la guérilla, vient rapidement à bout des Irréguliers qui, n’ayant pas le soutien de la population, sont vite sur la défensive. Collins accepte la responsabilité de mener cette guerre et en plus de ses autres fonctions officielles, il accepte le poste de Commandant en Chef de l’armée de l’État libre. Un conseil de guerre constitué de Collins, du général Mulcahy et du général O’Duffy est mis sur pied (O’Duffy devint par la suite le leader du mouvement des chemises bleues). Le 21 août 1922, Collins décide d’effectuer une inspection du comté de Cork occidental, un comté fraîchement repris par l’armée régulière. Le lendemain, lors d’un voyage non loin de son lieu de naissance, Collins et son convoi militaire tombe dans une embuscade tendue par les Irréguliers. Collins, âgé de 32 ans, meurt des suites de cette attaque.

Kevin O’Higgins, un des ses amis et collègues qui, en tant que Ministre d’État, fut lui-même tué par l’IRA en 1927 écrivit peu après cette tragédie :

« … Michael Collins est mort. Quel gâchis tragique ! Quelle souffrance infinie ! Cet esprit avec tout son potentiel emporté par une balle fratricide. Ce grand cœur arrêté, ce corps athlétique dont chaque nerf et muscle œuvraient sans compter pour son peuple bien aimé, est raide maintenant, éteint par une mort inopportune et violente. Pleure, peuple d’Irlande, car l’un de tes plus généreux fils vient de te quitter, il t’aimait et se battait sans relâche pour toi. Pleurez Irlandais, mais puissiez-vous lire au travers de vos sanglots la leçon à tirer de sa vie et de sa mort. Michael Collins œuvra dur en des temps difficiles. Jamais il ne douta du peuple irlandais ni de son avenir. C’est cette confiance inébranlable qui rallia notre peuple quand il vacillait au début de la Terreur anglaise. C’est cette confiance sublime qui mena notre difficile contre-offensive. Sa foi sema la récolte. Elle sera notre inspiration pendant la moisson. Pleurez donc, mais ne désespérez pas. La route a été tracée par Michael Collins. Son caractère intrépide nous accompagnera tout au long du chemin. »

Collins meurt ainsi avant qu’il ne puisse mettre en œuvre ses concepts de régénération et de développement de ce qu’il nommait la “Nouvelle Irlande”. Il rêvait d’un pays uni, dur à la tâche, artiste et prospère. « Notre force comme peuple dépendra de notre liberté économique, de notre ténacité et de notre habilité intellectuelle. Grâce à celles-ci nous pourrons rayonner parmi les nations du monde ». Son sentiment développé d’appartenance au peuple irlandais et à sa culture s’étendait également aux irlandais exilés : « Notre but national — une nation irlandaise libre et unie et une race irlandaise unie par delà les frontières, toutes deux résolues d’accomplir notre dessein à tous : une Irlande à laquelle serait rendue sa prospérité et son renom ». Michael Collins possédait ce mélange unique de qualités qui distinguent les grands de l’Histoire. Sa mort tragique, survenue trop tôt, priva l’Irlande et l’Europe d’un chef couronné de grands succès et promis à un grand avenir.

michaelcollins