vendredi 1 juin 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XVI Le jour qui suivit cette terrible nuit, j'avais à la fois crainte et désir de voir M. Rochester ; j'avais besoin d'entendre sa voix, et je craignais son regard. Au commencement de la matinée, j'attendais de moment en moment son arrivée. Il n'entrait pas souvent dans la salle d'étude, mais il y venait pourtant quelquefois, et je pressentais qu'il y ferait une visite ce jour-là. Mais la matinée se passa comme de coutume ; rien ne vint interrompre les tranquilles études d'Adèle. Après le déjeuner,... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 21:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 30 avril 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XV M. Rochester me l’expliqua en effet. Une après-midi que je me promenais dans les champs avec Adèle, je le rencontrai et il me pria de le suivre dans une avenue de hêtres qui était devant nous, tandis que mon élève jouerait avec Pilote et ses volants. Il me raconta alors qu’Adèle était la fille d’une danseuse de l’Opéra français, Céline Varens, pour laquelle il avait eu ce qu’il appelait une grande passion. Céline avait feint d’y répondre par un amour plus ardent encore. Il se croyait idolâtré, quelque laid qu’il... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 1 avril 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XIV   Les jours suivants, je ne vis que peu M. Rochester. Le matin, il était occupé par ses affaires, et dans l’après-midi, des messieurs de Millcote et du voisinage venaient le voir et restaient quelquefois à dîner avec lui. Quand son pied alla assez bien pour lui permettre l’exercice du cheval, il resta dehors une partie de la journée, probablement pour rendre les visites qu’on lui avait faites, et il ne revenait généralement que fort tard. Pendant ce temps, il demanda rarement Adèle ; quant à moi, je ne le... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 11:43 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 5 mars 2012

AU PAYS DES KANGOUROUS

  LA DEPRESSION D'UN HOMME VUE PAR SON FILS DE NEUF ANS : Voici la première page : Ce matin, j’ai trouvé papa dans le lave-vaisselle. En entrant dans la cuisine, j’ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d’hier soir. J’ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans. Il m’a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout coincé de partout. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand, mon papa. J’en ai oublié mon... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 05:12 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 1 mars 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XIII D’après les ordres du médecin, M. Rochester se coucha de bonne heure et se leva tard le lendemain. Il ne descendit que pour ses affaires ; son agent et quelques-uns de ses fermiers étaient arrivés et attendaient le moment de lui parler. Adèle et moi nous fûmes obligées de quitter la bibliothèque, parce qu’elle devait servir pour les réceptions d’affaires. On fit du feu dans une autre chambre ; j’y portai nos livres et je l’arrangeai en salle d'étude. À partir de ce jour, le château changea d’aspect :... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 10:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 10 février 2012

LE LIVRE DE JO

 Joe Goffman a tout pour lui : un magnifique appartement dans les quartiers chics de Manhattan, des aventures sentimentales, une décapotable dernier cri et des dollars comme s'il en pleuvait.   Directement inspiré de l'adolescence de l'auteur passée dans une petite bourgade du Connecticut, ce best-seller ridiculise les moeurs provinciales de ses ex-concitoyens, dénonce leur hypocrisie, leur étroitesse d'esprit et toutes leurs turpitudes. Mais le jour où il est appelé d'urgence à Bush Falls au chevet de son père... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 10:26 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 1 février 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XII La manière calme et douce dont j’avais été reçue à Thornfield semblait m’annoncer une existence facile, et cette espérance fut loin d’être déçue lorsque je connus mieux le château et ses habitants : Mme Fairfax était en effet ce qu’elle m’avait paru tout d’abord, une femme douce, complaisante, suffisamment instruite, et d’une intelligence ordinaire. Mon élève était une enfant pleine de vivacité. Comme on l’avait beaucoup gâtée, elle était quelquefois capricieuse. Heureusement elle était entièrement confiée à mes... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 16:19 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 20 janvier 2012

IL Y EN A QUI LES AIMENT FROIDES

Des nouvelles plus savoureuses les unes que les autres.   Ringgold Wilmer Lardner est né en 1885 à Niles, dans le Michigan. Il a débuté sa carrière de journaliste en assurant la rubrique des sports d'un journal local. Vite remarqué, notamment pour ses comptes-rendus de matchs de base-ball, il fut engagé par les plus grands journaux de la côte Est. Il devint ensuite écrivain indépendant, auteur de nouvelles et d'articles humoristiques qui paraissaient dans la presse hebdomadaire. Auteur à succès, il ne se résolut jamais à... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 11 janvier 2012

EL' PETIT PRINCE

  CH'TCHIOT PRINCE (Antoine De St Exupery)   « à Léon Werth J'deminde pardon à z'infants d'avoir dedié ch'life à eune grinde personne.J'ai eune escusse sérieusse : Ch'te grinde personne ch'est l'meilleux ami qu'jai eu au monte. J'ai eune aute escusse : ch'te grinde personne peut tout comprinde, même les lifes pour infants. j'ai eune trosième escusse : ch'te grinde personne habite in France du qu'al a faim et frod. Al a bin besoin d'ête consolée. Si toutes ché escusses suffitent pas, j'veux bin dédier ch'liffe... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 janvier 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XI    La manière calme et douce dont j’avais été reçue à Thornfield semblait m’annoncer une existence facile, et cette espérance fut loin d’être déçue lorsque je connus mieux le château et ses habitants : Mme Fairfax était en effet ce qu’elle m’avait paru tout d’abord, une femme douce, complaisante, suffisamment instruite, et d’une intelligence ordinaire. Mon élève était une enfant pleine de vivacité. Comme on l’avait beaucoup gâtée, elle était quelquefois capricieuse. Heureusement elle était entièrement... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 06:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,