vendredi 10 août 2012

JANE EYRE

  CHAPITRE XXV   Le mois accordé par M. Rochester était écoulé ; on pouvait compter les heures qui restaient : il n’y avait plus moyen de reculer le jour du mariage, tout était prêt. Moi, du moins, je n’avais plus rien à faire ; mes malles étaient fermées, ficelées et rangées le long du mur de ma petite chambre ; le lendemain elles devaient rouler sur la route de Londres avec moi, ou plutôt avec une Jane Rochester que je ne connaissais pas. Il n’y avait plus qu’à clouer les adresses sur les malles. ... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 5 août 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XXIV   Tout en m’habillant, je repassai dans ma mémoire les événements de la veille, et je me demandai si ce n’était point un rêve ; je n’en fus bien convaincue que lorsque, ayant revu M. Rochester, je l’entendis me répéter ses promesses et me reparler de son amour. En me peignant, je me regardai dans la glace, et je m’aperçus que je n’étais plus laide ; mon visage était plein de vie et d’espérance, mes yeux semblaient avoir contemplé une fontaine de joie et emprunté l’éclat à ses ondes transparentes.... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 31 juillet 2012

JANE EYRE

  CHAPITRE XXIII   Un splendide été brillait sur l’Angleterre ; un ciel pur et un soleil radieux égayent rarement la Grande-Bretagne, même pendant un seul jour, et pourtant depuis longtemps déjà nous jouissions de cette faveur : on eût dit que les belles journées d’Italie venaient de quitter le Midi, comme de brillants oiseaux de passage, pour s’arrêter quelque temps sur les rochers d’Albion. On avait rentré les foins ; les champs verts qui entouraient Thornfield venaient d’être fauchés ; la route... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 25 juillet 2012

JANE EYRE

    CHAPITRE XXII   M. Rochester ne m’avait accordé qu’une semaine, et pourtant je ne quittai Gateshead qu’au bout d’un mois. Je voulais partir immédiatement après les funérailles ; mais Georgiana me pria de rester jusqu’à son départ pour Londres : car elle venait enfin d’être invitée par son oncle, M. Gibson, qui était venu assister à l’enterrement de Mme Reed et régler les affaires de famille. Georgiana disait qu’elle craignait de rester seule avec sa sœur, car elle ne pouvait trouver près d’elle ni... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 25 juillet 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XXI Les pressentiments, les sympathies et les signes sont trois choses étranges qui, ensemble, forment un mystère dont l’humanité n’a pas encore trouvé la clef ; je n’ai jamais ri des pressentiments, parce que j’en ai eu d’étranges ; il y a des sympathies qui produisent des effets incompréhensibles, comme celles, par exemple, qui existent entre des parents éloignés et inconnus, sympathies qui se continuent, malgré la distance, à cause de l’origine qui est commune ; et les signes pourraient bien n’être que... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 juillet 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XX     J’avais oublié de fermer mon rideau et de baisser ma jalousie ; la nuit était belle, la lune pleine et brillante, et, lorsque ses rayons vinrent frapper sur ma fenêtre, leur éclat, que rien ne voilait, me réveilla. J’ouvris les yeux et je regardai cette belle lune d’un blanc d’argent et claire comme le cristal : c’était magnifique, mais trop solennel ; je me levai à demi et j’étendis le bras pour fermer le rideau. Mais, grand Dieu ! quel cri j’entendis tout à coup ! Un son... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 juillet 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XIX La bibliothèque était tranquille ; la sibylle, assise sur un fauteuil au coin de la cheminée, portait un manteau rouge, un chapeau noir, ou plutôt une coiffure à larges bords attachée au-dessous du menton à l’aide d’un mouchoir de toile ; sur la table se trouvait une chandelle éteinte ; la Bohémienne était penchée vers le foyer et lisait à la lueur des flammes un petit livre semblable à un livre de prières ; en lisant elle marmottait tout haut, comme le font souvent les vieilles femmes. Elle... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 5 juillet 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XVIII   Les jours se passaient joyeusement à Thornfield, et l’activité régnait désormais dans le château ; quelle différence entre cette quinzaine et les trois mois de tranquillité, de monotonie et de solitude que j’avais passés dans ces murs ! On avait chassé les sombres pensées et oublié les tristes souvenirs ; partout et toujours il y avait de la vie et du mouvement ; on ne pouvait pas traverser le corridor, silencieux autrefois, ni entrer dans une des chambres du devant, jadis inhabitées,... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 1 juillet 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XVII   Une semaine se passa sans qu’on reçût aucune nouvelle de M. Rochester ; au bout de dix jours il n’était pas encore revenu. Mme Fairfax me dit qu’elle ne serait pas étonnée qu’en quittant le château de M. Eshton il se rendît à Londres, puis que de là il passât sur le continent, pour ne pas revenir à Thornfield de toute l’année ; bien souvent, disait-elle, il avait quitté le château d’une manière aussi prompte et aussi inattendue. En l’entendant parler ainsi, j’éprouvai un étrange frisson et je sentis... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 08:20 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 25 juin 2012

JANE EYRE

 JE NE REVIENS PAS, JUSTE LE SUITE DE CE ROMAN QUE VOUS AIMEZ. MESSAGES PROGRAMMES JUSQUE LA FIN DE CE ROMAN. CHAPITRE XXVIII.   Deux jours sont passés. C’est un soir d’été ; le cocher m’a descendue dans un endroit appelé Whitcross ; il ne pouvait pas me conduire plus loin pour la somme que je lui avais donnée, et je ne possédais plus un schelling dans le monde ; je suis seule, la voiture est déjà éloignée d’un mille. À ce moment, je m’aperçois que j’ai oublié mon petit paquet dans la poche de la voiture... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 09:07 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,