lundi 15 mars 2010

LE PETIT PRINCE

CHAPITRE V Chaque jour j'apprenais quelque chose sur la planète, sur le départ, sur le voyage. Ça venait tout doucement, au hasard des réflexions. C'est ainsi que, le troisième jour, je connus le drame des baobabs. Cette fois-ci encore ce fut grâce au mouton, car brusquement le petit prince m'interrogea, comme pris d'un doute grave: - C'est bien vrai, n'est-ce pas, que les moutons mangent les arbustes ? - Oui. C'est vrai. - Ah! Je suis content. Je ne compris pas pourquoi il était si important que les moutons mangeassent les... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 16:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 1 mars 2010

LE PETIT PRINCE

CHAPITRE IV J'avais ainsi appris une seconde chose très importante: C'est que sa planète d'origine était à peine plus grande qu'une maison ! Ça ne pouvait pas m'étonner beaucoup. Je savais bien qu'en dehors des grosses planètes comme la Terre, Jupiter, Mars, Vénus, auxquelles on a donné des noms, il y en a des centaines d'autres qui sont quelque-fois si petites qu'on a beaucoup de mal à les apercevoir au télescope. Quand un astronome découvre l'une d'elles, il lui donne pour nom un numéro. Il l'appelle par exemple: "l'astéroïde... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 09:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 22 février 2010

DES MOTS A LA BOUCHE

Partager un repas de fête avec Gervaise, Lantier et leurs amis. Ou savourer la perfection du festin de Babette. Découvrir les subtilités de la cuisine japonaise avec le seigneur Chikuzen Nobushiro. Déguster le gâteau de mariage d'Emma Bovary. Rêver d'agapes avec le révérend dom Balaguère. Ou accompagner Cyrano de Bergerac à la célèbre rôtisserie des poètes : les écrivains rivalisent de talent pour nous mettre l'eau à la bouche... Une promenade gastronomique et littéraire aussi surprenante qu'alléchante.
Posté par Kalinka à 00:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 15 février 2010

LE PETIT PRINCE

CHAPITRE III Il me fallut longtemps pour comprendre d'où il venait. Le petit prince, qui me posait beaucoup de questions, ne semblait jamais entendre les miennes. Ce sont des mots prononcés par hasard qui, peu à peu, m'ont tout révélé. Ainsi, quand il aperçut pour la première fois mon avion (je ne dessinerai pas mon avion, c'est un dessin beaucoup trop compliqué pour moi) il me demanda: - Qu'est ce que c'est que cette chose-là ? - Ce n'est pas une chose. Ça vole. C'est un avion. C'est mon avion. Et j'étais fier de lui apprendre... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 09:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 1 février 2010

LE PETIT PRINCE

CHAPITRE II J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 16:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 15 janvier 2010

LE PETIT PRINCE

PREMIER CHAPITRE Lorsque j'avais six ans j'ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la Forêt Vierge qui s'appelait "Histoires Vécues". Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin. On disait dans le livre: "Les serpents boas avalent leur proie tout entière, sans la mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de leur digestion". J'ai alors beaucoup réfléchi sur les aventures de la jungle et, à mon tour, j'ai réussi, avec un crayon de couleur, à... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 00:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 1 janvier 2010

LE PETIT PRINCE

A LÉON WERTH Je demande pardon aux enfants d’avoir dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse: cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse: cette grande personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. J’ai une troisième excuse: cette grande personne habite la France où elle a faim et froid. Elle a bien besoin d’être consolée. Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je veux bien dédier ce livre à l’enfant qu’a été autrefois cette grande personne. Toutes les... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:03 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 8 avril 2009

MAXENCE VAN DER MEERSCH

Texte pris sur le site : http://fr.wikipedia.org Maxence Van der Meersch, de son vrai patronyme Vandermeersch, est un écrivain français né à Roubaix le 4 mai 1907, décédé le 14 janvier 1951 au Touquet où il s'était établi pour soigner sa tuberculose. Maxence appartient au milieu aisé de la petite bourgeoisie, son père étant comptable. Le 27 octobre 1918 il perd sa sœur, Sarah, âgée seulement de 18 ans ; le ménage de ses parents n'y résistera pas. Sa mère Marguerite sombrera dans l'alcoolisme et son père Benjamin mènera une vie... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 00:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 29 mars 2009

PELURES D'OIGNONS

Gunter GRASS, l'auteur de "LE TAMBOUR", se livre et se raconte dans cet excellent ouvrage.   Sa bibliographie : Le journal des coquecigrues (Die Vorzüge der Windhühner), 1956 Tonton (Onkel, Onkel), 1957 La crue (Hochwasser), 1957 Le Tambour (Die Blechtrommel). Trad. par Jean Amsler. Paris, Seuil, 1961. Le chat et la souris (Katz und Maus). Trad. par Jean Amsler. Paris, Seuil, 1962. Les années de chien (Hundejahre). Trad. par Jean Amsler. Paris, Seuil, 1965. Les plébéiens répètent l'insurrection (Die Plebejer... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 03:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 22 février 2009

REGRETS SUR MA VIEILLE ROBE DE CHAMBRE

Regrets sur ma vieille robe de chambre ou avis à ceux qui ont plus de goût que de fortuneparDenis DIDEROT ~~~~ Pourquoi ne l'avoir pas gardée ? Elle était faite à moi ; j'étais fait à elle. Elle moulait tous les plis de mon corps sans le gêner ; j'étais pittoresque et beau. L'autre, raide, empesée, me mannequine. Il n'y avait aucun besoin auquel sa complaisance ne se prêtât ; car l'indigence est presque toujours officieuse. Un livre était-il couvert de poussière, un de ses pans s'offrait à l'essuyer. L'encre épaissie refusait-elle... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,