samedi 22 mai 2010

A UNE FEMME

Enfant ! si j'étais roi, je donnerais l'empire,Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genouxEt ma couronne d'or, et mes bains de porphyre,Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,Pour un regard de vous ! Si j'étais Dieu, la terre et l'air avec les ondes,Les anges, les démons courbés devant ma loi,Et le profond chaos aux entrailles fécondes,L'éternité, l'espace, et les cieux, et les mondes,Pour un baiser de toi ! Victor HUGO
Posté par Kalinka à 01:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 18 mai 2010

JE T'AIME Ô MON AMANT

Je t'aime, ô mon amant Ma chair émue garde le souvenir de ton baiser Baiser doux et subtil, tendre et profond J'ai la hantise de ta chair pénétrant ma chair   Tu m'as fait tienne J'ai nié le pouvoir de la chair Blasphème ! Ô chair, divine chair Sois bénie Je me sens lasse Délicieusement lasse Je niais la volupté, Ô crime, je t'avais reniée, ô volupté ! Je te célèbre aujourd'hui sur le mode majeur et sur le mode mineur Ce soir je renais à l'amour Vibration divine Je me sens lasse, infiniment lasse De la bonne... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 02:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 26 avril 2010

ETOILES SOLITAIRES

Le ciel est parsemé d’étoiles solitaires Qui vivent dans l’oubli en ces temps bien obscurs Tristes sont les augures, quand vient le long sommeil, Quand l’horizon se perd, quand s’assombrit l’Azur, Ces étoiles sont pétries d’Angor et de douleurs Quand en se retournant elles voient le ciel briller Elles entendent siffler ces Symphonies d’Auteurs que l’amertume des sens a réussi à tuer Ô Vénus ton arôme est si bon quand il vient se poser sur l’Etoile. Et protéger la Fleur Que l’Ange et son Démon un jour ont partagé, D’une belle saison... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 22:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 6 avril 2010

POLISSONNERIE

  Je cherche un petit bois touffu, Que vous portez, Aminthe, Qui couvre, s'il n'est pas tondu Un gentil labyrinthe. Tous les mois, on voit quelques fleurs Colorer le rivage ; Laissez-moi verser quelques pleurs Dans ce joli bocage. Allez, monsieur, porter vos pleurs Sur un autre rivage ; Vous pourriez bien gâter les fleurs De mon joli bocage ; Car, si vous pleuriez tout de bon, Des pleurs comme les vôtres Pourraient, dans une autre saison, M'en faire verser d'autres. - Quoi ! vous craignez l'évènement De l'amoureux mystère ;... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 12:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 3 avril 2010

QUE SERAI-JE SANS TOI

Jean ferrat-que serais-je sans toi Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre.Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant.Que cette heure arrêtée au cadran de la montre.Que serais-je sans toi que ce balbutiement. J'ai tout appris de toi sur les choses humaines.   Et j'ai vu désormais le monde à ta façon.   J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines   Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines.   Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 25 mars 2010

TENDRE ECLIPSE

  J'ai trouvé ce beau poème sur le blog : miomodus.numeriblog.frMionodus m'a donné la permission de publier son poème. Je vous conseille d'aller vous promener sur son blog. Dans mon jardin aux senteurs du désir Des bouquets ivres de petits riens Sur ma rive l’auréole de mes folies Des matins aux odeurs de bouts de nuit  Aux premières lueurs étoilées du jour Vivre ensemble le parfait amour Partir en joie cueillir des fleurs Chaque pétale respire le bonheur  Marcher sans avoir la moindre idée De l’endroit où... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 17:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 21 mars 2010

ANGOISSE

Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête En qui vont les péchés d’un peuple, ni creuser Dans tes cheveux impurs une triste tempête Sous l’incurable ennui que verse mon baiser: Je demande à ton lit le lourd sommeil sans songes Planant sous les rideaux inconnus du remords, Et que tu peux goûter après tes noirs mensonges, Toi qui sur le néant en sais plus que les morts: Car le Vice, rongeant ma native noblesse, M’a comme toi marqué de sa stérilité, Mais tandis que ton sein de pierre est habité Par un coeur que la dent d’aucun... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 30 janvier 2010

ADIEU

Hélas ! je n’étais pas fait pour cette haine Et pour ce mépris plus forts que moi que j’ai. Mais pourquoi m’avoir fait cet agneau sans laine Et pourquoi m’avoir fait ce coeur outragé ? J’étais né pour plaire à toute âme un peu fière, Sorte d’homme en rêve et capable du mieux, Parfois tout sourire et parfois tout prière, Et toujours des cieux attendris dans les yeux ; Toujours la bonté des caresses sincères, En dépit de tout et quoi qu’il y parût, Toujours la pudeur des hontes nécessaires Dans l’argent brutal et les stupeurs du rut ;... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 16:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 24 janvier 2010

LE JOUR OU JE ME SUIS AIME POUR DE VRAI

Le jour où je me suis aimé pour vrai,J’ai compris qu’en toutes circonstances, J’étais à la bonne place, au bon moment.Et, alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle…. Estime de soi.Le jour où je me suis aimé pour vrai,J’ai pu percevoir que mon anxiété et Ma souffrance émotionnelle, N’étais rien d’autre qu’un signal Quand je vais contre mes convictions. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….. Authenticité.Le jour où je me suis aimé pour vrai,J’ai cessé de vouloir une vie... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 9 janvier 2010

L'AMOUR ET LA MORT

IRegardez-les passer, ces couples éphémères !Dans les bras l'un de l'autre enlacés un moment,Tous, avant de mêler à jamais leurs poussières,Font le même serment :Toujours ! Un mot hardi que les cieux qui vieillissentAvec étonnement entendent prononcer,Et qu'osent répéter des lèvres qui pâlissentEt qui vont se glacer.Vous qui vivez si peu, pourquoi cette promesseQu'un élan d'espérance arrache à votre coeur,Vain défi qu'au néant vous jetez, dans l'ivresseD'un instant de bonheur ?Amants, autour de vous une voix inflexibleCrie à tout ce... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 14:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,