vendredi 1 juin 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XVI Le jour qui suivit cette terrible nuit, j'avais à la fois crainte et désir de voir M. Rochester ; j'avais besoin d'entendre sa voix, et je craignais son regard. Au commencement de la matinée, j'attendais de moment en moment son arrivée. Il n'entrait pas souvent dans la salle d'étude, mais il y venait pourtant quelquefois, et je pressentais qu'il y ferait une visite ce jour-là. Mais la matinée se passa comme de coutume ; rien ne vint interrompre les tranquilles études d'Adèle. Après le déjeuner,... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 21:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 30 avril 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XV M. Rochester me l’expliqua en effet. Une après-midi que je me promenais dans les champs avec Adèle, je le rencontrai et il me pria de le suivre dans une avenue de hêtres qui était devant nous, tandis que mon élève jouerait avec Pilote et ses volants. Il me raconta alors qu’Adèle était la fille d’une danseuse de l’Opéra français, Céline Varens, pour laquelle il avait eu ce qu’il appelait une grande passion. Céline avait feint d’y répondre par un amour plus ardent encore. Il se croyait idolâtré, quelque laid qu’il... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 20:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 1 avril 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XIV   Les jours suivants, je ne vis que peu M. Rochester. Le matin, il était occupé par ses affaires, et dans l’après-midi, des messieurs de Millcote et du voisinage venaient le voir et restaient quelquefois à dîner avec lui. Quand son pied alla assez bien pour lui permettre l’exercice du cheval, il resta dehors une partie de la journée, probablement pour rendre les visites qu’on lui avait faites, et il ne revenait généralement que fort tard. Pendant ce temps, il demanda rarement Adèle ; quant à moi, je ne le... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 11:43 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 1 mars 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XIII D’après les ordres du médecin, M. Rochester se coucha de bonne heure et se leva tard le lendemain. Il ne descendit que pour ses affaires ; son agent et quelques-uns de ses fermiers étaient arrivés et attendaient le moment de lui parler. Adèle et moi nous fûmes obligées de quitter la bibliothèque, parce qu’elle devait servir pour les réceptions d’affaires. On fit du feu dans une autre chambre ; j’y portai nos livres et je l’arrangeai en salle d'étude. À partir de ce jour, le château changea d’aspect :... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 10:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 1 février 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XII La manière calme et douce dont j’avais été reçue à Thornfield semblait m’annoncer une existence facile, et cette espérance fut loin d’être déçue lorsque je connus mieux le château et ses habitants : Mme Fairfax était en effet ce qu’elle m’avait paru tout d’abord, une femme douce, complaisante, suffisamment instruite, et d’une intelligence ordinaire. Mon élève était une enfant pleine de vivacité. Comme on l’avait beaucoup gâtée, elle était quelquefois capricieuse. Heureusement elle était entièrement confiée à mes... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 16:19 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 1 janvier 2012

JANE EYRE

CHAPITRE XI    La manière calme et douce dont j’avais été reçue à Thornfield semblait m’annoncer une existence facile, et cette espérance fut loin d’être déçue lorsque je connus mieux le château et ses habitants : Mme Fairfax était en effet ce qu’elle m’avait paru tout d’abord, une femme douce, complaisante, suffisamment instruite, et d’une intelligence ordinaire. Mon élève était une enfant pleine de vivacité. Comme on l’avait beaucoup gâtée, elle était quelquefois capricieuse. Heureusement elle était entièrement... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 06:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 1 décembre 2011

JANE EYRE

CHAPITRE X Jusqu’ici j’ai raconté avec détail les événements de mon existence peu variée ; pour les premiers jours de ma vie il m’a fallu presque autant de chapitres que d’années ; mais je n’ai pas l’intention de faire une biographie exacte, et je ne me suis engagée à interroger ma mémoire que sur les points où ses réponses peuvent être intéressantes ; je passerai donc huit années sous silence ; quelques lignes seulement seront nécessaires pour comprendre ce qui va avoir lieu. Quand le typhus eut achevé sa tâche... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 19:09 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 novembre 2011

JANE EYRE

 CHAPITRE IX Les privations, ou plutôt les souffrances que nous avions endurées jusque-là, diminuaient ; le printemps allait revenir, il était presque arrivé ; les gelées avaient cessé ; les neiges étaient fondues ; les vents froids soufflaient moins fort ; mes pauvres pieds, que l’air glacial de janvier avait meurtris et enflés au point de gêner ma marche, commençaient à guérir sous l’influence des brises d’avril. Les nuits et les matinées, renonçant à une température digne du Canada, ne glaçaient... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 19:05 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 1 octobre 2011

JANE EYRE

  Chapitre VIII   Avant que ma demi-heure de pénitence fût écoulée, j’entendis sonner cinq heures. On cessa le travail, et tout le monde se rendit au réfectoire pour prendre le café. Je me hasardai à descendre ; il faisait nuit close ; je me glissai dans un coin et je m’assis sur le parquet. Le charme qui m’avait soutenue jusqu’alors était sur le point de se rompre. La réaction commença, et le chagrin qui s’empara de moi était si accablant que je m’affaissai sans force, la figure tournée vers la terre. Je me mis... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 06:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 1 septembre 2011

JANE EYRE

  CHAPITRE VII. Les trois premiers mois passés à Lowood me semblèrent un siècle. Ce fut pour moi une lutte fatigante contre toutes sortes de difficultés. Il fallut s’accoutumer à un règlement nouveau, à des tâches dont je n’avais pas l’habitude. La crainte de manquer à quelqu’un de mes devoirs m’épuisait encore plus que les souffrances matérielles, bien que celles-ci ne fussent pas peu de chose. Pendant les mois de janvier, de février et de mars, les neiges épaisses et les dégels avaient rendu les routes impraticables :... [Lire la suite]
Posté par Kalinka à 10:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,